La qualification du TP Mazembe pour les quarts de finale de groupes de la 13ème Coupe de la Confédération a été assurée, mardi au stade Olympique de Gabès, par le demi Merveille Bope Bokadi (69ème) dont le but a compté double et éliminé ipso facto la formation tunisienne du Stade Gabésien, en dépit de la victoire de celle-ci par 1-2.

Lors du match de cadrage aller, le dimanche 8 mai au stade TP Mazembe de la commune de Kamalondo à Lubumbashi, les « Corbeaux » lushois avaient mieux fait les choses en l’emportant, quoique de manière étriquée par 1-0, sur une réalisation tardive de Jonathan Bolingi Mpangi reprenant de la tête un corner de Déogracias Kanda a Mukok.

Et dire qu’au retour, mardi, les Tunisiens étaient parvenus à refaire leur court retard sur un fauchage d’Ahmed Hosni par le gardien Sylvain Gbohouo, en mésentente avec son défenseur central Salif Coulibaly, faute grossière ayant entraîné un penalty converti imparablement par Youssef Fouzhi (28ème) : 0-1.

Avance annihilée sur un long centre venu de la droite et renvoyé dans le paquet de la tête par Jonathan Bolingi. Au rebond, son partenaire Nathan Sinkala a eu un contrôle approximatif mais qu’a malencontreusement dévié de la cuisse un des nombreux arrières tunisiens pour Merveille Bope qui ne s’est pas fait prier, d’un tir soudain, près du point de penalty, pour remettre les deux équipes à égalité : 1-1.

Les joueurs locaux reprenaient vite l’avantage sur un exploit d’Ahmed Hosni (75ème), parti côté gauche, feignant de tirer à deux reprises et mettant dans le vent trois défenseurs avant d’ajuster le gardien des « Corbeaux » : 1-2. Peu après, Bolingi (76ème) se faisait expulser pour une agression sur le défenseur gabésien Ali Hammami. En infériorité numérique, il a alors fallu des interventions audacieuses, surtout dans le temps de récupération, de Sylvain Gbohouo pour préserver le résultat au profit du TP Mazembe.

VELUD : « On a maitrisé l’enjeu, mais… »

A l’issue du match, le coach du TP Mazembe, Hubert Velud, a commenté la prestation de ses joueurs tout en reconnaissant le sursaut du Stade Gabésien et en déplorant leur manque de réalisme au moment où l’équipe était dans son temps fort. Il a en somme salué la maîtrise de l’enjeu : « Au cours de la première mi-temps, on a maîtrisé l’enjeu, mais tout s’est compliqué lorsqu’on a donné le but au Stade Gabésien sur penalty.

C’était très dur ! Là on s’est mis en difficulté. Au retour des vestiaires, on a réalisé une très bonne rentrée. Les 30 minutes qui avaient suivi ont été exceptionnelles. On a mérité d’égaliser et on a su le faire. A 1-1, le match n’était pas fini, sur un exploit d’un joueur tunisien, on s’est remis en difficulté… L’essentiel est fait même s’il est vrai qu’on a souffert, le Stade Gabésien s’est montré à la hauteur. Ce qui compte c’est de passer. La maîtrise de l’enjeu était vraiment là. Ce qui nous a manqué, c’était de faire la différence très vite dans un match où on avait la maîtrise du jeu. On a aussi manqué de sang-froid défensif… »

Pour sa part, sur le site officiel de la CAF, le coach gabésien Lassaâd Dridi a déclaré : « L’absence d’Aliou Cissé et Hamza Jelassi auraient pu peser lourd, mais tout le monde a vu que nous avons tenu le coup face à un gros calibre qui a dominé le foot africain ces dernières années. Par deux fois, sur des actions de Hosni et Essifi, alors que nous menions au score, nous avons eu la balle du break. Nous aurions pu tuer le match. Quoi qu’il en soit, le Stade Gabésien a montré ce mardi qu’il est capable d’appartenir au cercle fermé des grands clubs du continent. »

Sombre mardi également pour l’Espérance de Tunis

Après l’élimination dans l’après-midi du Stade Gabésien par le géant congolais, le TP Mazembe, ce fut au tour de l’Espérance Sportive de Tunis de tomber dans la soirée devant le Mouloudia Olympique de Béjaïa (1-1), en match retour des barrages de la même compétition.

L’entraîneur sang et or, Ammar Souayah, avait parfaitement raison de dire la veille du match que le nul (0-0), ramené d’Algérie, était un score-piège. La tournure allait lui donner raison d’autant qu’une incroyable bourde du gardien Moez Ben Cherifia allait condamner son club à une triste sortie bien avant la phase des poules.

Dans ce derby maghrébin, après une grosse domination algérienne dans le premier quart d’heure, les coéquipiers de Houcine Ragued allaient progressivement installer leur suprématie. Malgré un penalty raté par Chamseddine Dhaouadi, sa frappe ayant percuté le montant, ils parvenaient à ouvrir la marque par l’intermédiaire du demi polyvalent Ghaylène Chaâlali (29ème) à la réception d’un ballon renvoyé par Chamseddine Rahmani, le gardien béjaoui, contrôlait à l’entrée de la surface, évitait un défenseur et armait un bolide qui s’écrasait dans la lucarne : 1-0.

A la 34ème, se produisait le tournant de cette double-confrontation. Sur une balle anodine qu’il allait capter tranquillement dans sa surface, Ben Cherifia, par excès de relâchement, a raté sa saisie du cuir devant Mohamed Ndoye qui a démontré son opportunisme en le poussant au fond des filets 1-1.

Ci-après les résultats des matches de cadrage retour : 17.5.2016 Stade Gabésien (Tunisie) 2-1 TP Mazembe (RDC) (aller 0-1), Espérance de Tunis (Tunisie) – Olympique Béjaïa (Algérie) 1-1 (aller 0-0) ; mercredi 18.5 Medeama (Ghana)-Mamelodi Sundowns (Afrique du Sud) 2-0 (aller 1-3). ACP/Fng/Zng/May